Association des anciens élèves du collège Sainte-Marie
Écussion officiel du collège Sainte-Marie
 Plan du siteAccueilChercherÉcrivez-nous   

  L'Association
     > La direction
     > Adhésion
  Quoi de neuf?
  Activités
     > Calendrier des activités
     > Rencontres annuelles
  Les membres
     > Liste des membres
     > Adresses de courriel 
     > Avis de recherche
     > Décès d'anciens
  Vie des Conventums
     > Les rencontres
     > Les responsables
     > Guide d'organisation
  Bulletin des anciens
     > Dernier Bulletin
     > Bulletins antérieurs
  Bilans de vie
     > Bilans d'Anciens
  Histoire du collège
     > L'auteur
     > Extraits choisis
  Souvenirs
     > Éducateurs
     > Textes et photos d'hier
     > Photos de classe
     > L'écusson du CSM
     > Exposition sur le Collège
  liens

VIE DES CONVENTUMS

Les rencontres

Conventum 60

Compte rendu de la rencontre du 10 mai 2010, 50e anniversaire du conventum 60

 

. Compte rendu
. Nos huit ans en 100 vers

. Mot du président du conventum 60, Robert Richard

. Album de photos


 

50 ans…Ça se fête!

La Fête des retrouvailles du conventum 1960 a eu lieu le 10 mai 2010. Étaient présents, quarante-huit confrères, un de nos professeurs (Guy Bourgeault), un de nos préfets de discipline (Adrien Léonard) et deux représentants de l’Association des anciens du CSM (Émile Robichaud et Jacques D. Girard).

Quelle journée extraordinaire, remplie d’émotion et de plaisir ! La présence d’un si grand nombre de nos confrères a donné un dynamisme particulier à ces retrouvailles.

Cette journée a commencé par une messe au Gésu, cocélébrée par nos confrères Bernard Bélair, s.j. et Michel Marcil, s.j. Bernard Bélair, s.j., nous a demandé de prier pour nos vingt confrères qui nous ont déjà quittés en citant le nom de chacun d’entre d’eux. Un moment de réflexion personnelle qui nous a rappelé la fragilité de la vie et l’importance de vivre en harmonie avec les valeurs chrétiennes.

Lors de l’homélie, Michel Marcil, s.j., a chanté un extrait d’une chanson de Claude Léveillée : «Frédéric», chanson de notre jeunesse qui illustrait bien ses propos : A vita ad vitam, notre devise.

À la fin de la messe, nous avons entonné en chœur la chanson que nous avons si souvent chantée : l’hymne à la Vierge Marie.
Après cette rencontre spirituelle, où nos âmes se sont nourries des paroles de Dieu, nous nous sommes rendus au restaurant Le Nizza pour sustenter nos corps, encore très jeunes malgré le passage du temps.

Après son allocution de bienvenue, Robert Richard , président de notre conventum, a remis un cadeau à Élaine Cousineau, la conjointe de notre confrère Pierre Dumas, pour la remercier en notre nom, de tout le travail qu’elle a effectué pour préparer ces retrouvailles et en faire un grand succès.

Jacques Monday a ensuite lu le texte poétique qu’il avait préparé pour cette occasion «Nos huit ans en cent vers». Voici un extrait de sa conclusion :


«……………………c’est le temps de conclure.
Nous laisser à chacun le soin de nos parlures,
De nous dire entre nous c’qu’on a pu devenir
De nous dire entre nous nos projets d’avenir.
Utilisons, collègues, notr’mémoire affective
Et ensemble créons notr’mémoire collective.»


Quel poète, ce psychiatre !

Par la suite, Émile Robichaud, président de l’Association des anciens du CSM, a remis à chacun un diplôme «Doctorem in Fidelitate» pour souligner notre fidélité à notre Alma Mater.

Enfin, tout en dégustant les délicieux mets préparés par le chef cuisinier du Nizza, nous avons partagé avec plaisir et enthousiasme, nos souvenirs communs, les expériences de nos vies dans les carrières qui ont été les nôtres. Nous avons également parlé de nos enfants, de nos petits enfants et de nos projets d’avenir, avenir que nous espérons tous être encore très long et agréable.

Pendant la rencontre au Nizza, grâce au talent de Pierre Savard, les confrères ont pu revivre d'heureux moments de leur vie de collégiens en visionnant un diaporama de photos et des séquences de films de l'époque. Ce fut une soirée inoubliable.

Ces discussions nous ont montré que le Collège Sainte-Marie a formé de grands talents qui, au cours des cinquante dernières années, ont contribué de façon importante et chacun à sa façon, à l’essor de notre monde.

Jacques D. Girard, responsable du site internet de notre Association, a pris plusieurs photos tout au cours de cette journée. Les photos paraissent dans le site : http://www.saintemarie.ca .

En quittant, plusieurs ont souhaité que de telles retrouvailles soient organisées beaucoup plus fréquemment que par le passé. Émile Robichaud souligne que nous pouvons facilement réaliser ce souhait en participant à chaque année à la réunion des anciens du CSM, où les membres de chaque conventum sont placés aux mêmes tables pour faciliter les échanges. La réalisation de ce souhait dépend donc de chacun des membres du conventum 1960.

Yves W. Brunet, C. 60,
membre du Comité organisateur


Les photos ont été prises par Louise Lupien, Claude Ménard, C. 60, et Jacques D. Girard, C. 59.
Les légendes des photos ont été rédigées par Élaine Cousineau et par son conjoint, Pierre Dumas, C. 60.


Voir album de photos

Remonter


 

 

 

 

Collège Sainte-Marie
(1954-1962)

 


Nos huit ans en cent vers

par Jacques Monday

Conventum 1960
« A vita ad vitam »

 

Mil neuf cent cinquante quatre, cinquante cinq pour certains,
Nous cognions à la porte du Onze cent quatre-vingt,
Et celle-ci s’ouvrait sur « la cour des Petits »,
Lieu de deux découvert(es) : La Cross(e), le… Mississipi.
Ça comblera nos heures de récréations
Ainsi que le ping-pong, l’ballon-poing nos passions.


Les Éléments-Latins

Bienvenue « pré-ados ». Les « Éléments-Latins »
Seront un bon début de ce nouveau destin.
Nous serons invités, nous encor si petits :
À devenir esthètes et parfois beaux esprits;
À parler en latin en sachant s’amuser,
Jeux de concertations, de base-ball, de hockey
(En Éléments Latins, la A, la B, La C, la E,
Et pour les plus futés, l’Élément Latin D) :
J’ai aimé : « Amavi »; j’aimerai : « Amabo »
J’avertissais : « monebam » : je plairai : « Placebo ».
Et les déclinaisons : nominatif : Rosa,
Au génitif : Rosae; à l’ablatif : Rosa,
Et à l’accusatif : la rose devient Rosam.
Et tout çà pour l’Ad Majorem Dei Gloriam
Peut-être ce dernier vers est –il un peu forcé?
Je voulais à « quelqu’part » placer l’A.M.D.G.

 

La Syntaxe


Elle passera vite, l’année élémentaire,
Et nous voilà rendus en « Syntaxe », oui, mon frère.
Apprendre à faire des phrases, à agencer des mots
Dont on sait l’orthographe, « ça c’est sûr » peu s’en faut.
On aura cours de Grec et de son orthographe
Que l’on devra apprendre en devenant calligraphe.
Allons-y tous :
Notre mémoir(e) sera invitée au travail.
C’est l’année des avions, tout en papier, bien sûr,
Que l’on lance en la classe, comme en pleine nature
Si on se fait « pincer », on va en retenue
Pour une demi, une heure et parfois, un peu plus.


La Méthode


Et l’on passe en « Méthode ». Faudra se structurer,
Organiser ses textes, ses lectures, ses idées.
S’mettre à aimer l’algèbre et la géométrie
Apprendre son histoire et sa géographie,
Et surtout affronter les changements de voix
Car plein d`hormones en nous explosent avec joie
Et nous mènent en crise et l’on devient ado.
Faut encor s’adapter et le faire tout de go.

 

La Versification


Puis on croît en sagesse, on passe chez « les Grands ».
On a poil au menton, on n’est plus des enfants.
Plus grands, plus vieux, plus fins : la « Versification ».
On apprend à écrire en vers tous nos frissons.
On a l’droit de fumer : Cinq sous, deux cigarettes.
Pour certains d’entre nous : premières amourettes.
On approfondit plus le Grec et le Latin,
L’Anglais, la Religion; on passe nos examens.


Les Belles-Lettres


Et ce sont les « Bell’Lettres », enfin la poésie.
On sait écrire en vers, mais vit-on c’ qu’on écrit?
Nous aurons nos grands Maîtres : Rutebeuf, François Villon
Rabelais, Malherbe, Ronsard et plus tard Aragon,
Les Poètes Maudits : Rimbaud, Baudelaire, Verlaine,
Victor Hugo aussi à la plume « pas vilaine ».


La Rhétorique


Et puis, la « Rhétorique ». Vive l’Art Oratoire,
Le début d’nos discours « non superfétatoires »,
L’apprentissage du C point, I point, M point, A
Le CIMA qui longtemps et partout nous aidera
Dans l’organisation d’nos textes écrits ou dits
Tant sur le moment même que plus tard dans la vie.
C’est l’année du théâtre : La Marmite de Plaute,
L’avare de Molière, Cinq hommes, un pain entr’autres
L’début des « Parascos » dont tous profiteront
Pour faire éclore leurs talents à profusion

Les Philosophies


On monte jusqu’au sixième. En s’y rendant, on lit
Quelques mots de Virgile, qu’aisément on traduit :
« Felix qui potuit rerum cognoscere
Causas » et ces mots sauront bien nous marquer.
C’est la Philôtéria , en ce lieu tout en haut,
Élévation propice incitant à philo_
Sopher sur tout, sur rien, sur nous, sur eux, les autres,
Les agirs des humains, leurs pensées et les nôtres,
Les penseurs influents, maîtres à imiter
Les remises en question de notre humanité.
Les Jésuites enseignants ont appris de Socrate,
L’art des accouchements, maïeutique délicate
Qui invite l’élève à résoudre ses problèmes
En se posant question : « Qu’en penses-tu toi-même »?
Il faudra distinguer les degrés d’abstraction :
La Chimie, la Physique en sont  premiers jalons,
Puis les Mathématiques nous mènent au second,
Et la Métaphysique invite au plus profond.

 

 

 

 

Théorie de l’Histoire, Sciences et Biologie
Seront au rendez-vous des « choses » de l’esprit.
De tout ça on se fout quant il y a Festival
Où l’on affronte Brébeuf, notre éternel rival.
On la veut fratricide, mais elle est fraternelle
Cette rivalité aux élans annuels,
Où… tout ça prend un sens au Journal « Sainte-Marie »
Griffes d’or et d’argent seront souvent nos prix.
Y aura le Clan Routier, y aura les Parascos
Et tous les souvenirs qui nous collent à la peau.
J’ai été un peu long, c’est le temps de conclure
Nous laisser à chacun le soin de nos parlures,
De nous dire entre nous c’qu’on a pu devenir
De nous dire entre nous nos projets d’avenir.
Utilisons, collègues, notr’mémoire affective
Et ensemble créons notr’mémoire collective.


Jacques Monday
Conventum 1960

Remonter


 

MOT DU PÉSIDENT du C.60, Robert Richard - Retrouvailles du 50e anniversaire - Lundi le 10 mai 2010

president

Bienvenue à tous et merci d’avoir accepté notre invitation.

Il est assez évident que je ne suis pas le seul à apprécier ce moment magique des retrouvailles. Je vous souligne que nous sommes 47 ici présents aujourd’hui… ce qui pourrait être un record pour une réunion de conventum.

D’entrée de jeu, permettez-moi de remercier les organisateurs de cette rencontre : Bernard Bélair, Yves Brunet, André Charette, Pierre Dumas, François Folot, Jacques Monday, Serge Montplaisir, Pierre Savard et un remerciement tout en lettres majuscules à Élaine Cousineau pour son implication de tous les instants.

En votre nom, j’aimerais remettre à Élaine un souvenir en guise d’appréciation de son travail professionnel et fort efficace.

Je me réjouis de la solidarité des membres du conseil qui, à l’exception d’Achille Tassé, décédé, sont tous ici présents ce soir
et j’ai nommé : Bernard Bélair, Yves Brunet, André Charrette,
Yvon Choquette, Robert Ducharme et Michel Marcil.


Je remercie également Élaine Cousineau et Niquette Delage
pour leur accueil chaleureux.

Je souligne la présence parmi nous de Guy Bourgeault, professeur titulaire de rhétorique en 1960, d’Émile Robichaud, président de l’associations des anciens et de Jacques D. Girard, responsable du site internet.

Hier soir, j’ai consulté la revue des finissants. En comparant les photos de 1962 et ce que je vois ici ce soir, de toute évidence,
la majorité d’entre nous avons un peu trop abusé des bonnes recettes de Daniel Pinard.

Le collège n’existe plus mais il n’en demeure pas moins que, 50 ans plus tard, je suis encore et toujours fier de dire : «moi, j’ai fait mes études au Collège Sainte-Marie, coin Bleury et Dorchester».

On n’a qu’à penser aux soirées des Parascos, nos collèges au micro, la rivalité avec Brébeuf, les retraites fermées à Saint-Jérôme, la taverne St-Régis…

Grand merci évidemment à tous nos valeureux éducateurs pour qui nous avons une gratitude éternelle.

En 1962, j’ai écrit un texte intitulé : Tempus fugit. J’en connaissais la traduction mais pas toute la signification. Maintenant, moi aussi je peux dire : «je sais… je sais… je sais…» Surtout que ça passe très vite !

En 1962, à tous les jours, je me levais de bon cœur en croyant à tous les rêves de bonheur, à l’étoile sous la mer, à la rose en plein hiver, à la source qui jaillit dans le désert. Aujourd’hui, je ne sais que trop bien que l’humeur du quotidien est copie conforme de
la météo, variable et pleine de surprises.

Peu importe, tout comme Jean Ferrat, moi aussi je chante : c’est beau la vie !

En 1962, nous étions de jeunes hommes remplis de promesses.
On ne s’est pas contenté d’être un bel arbre qui produit de beaux fruits. Nous avons trimé dur pour devenir un arbre bon
qui produit de bons fruits
.
Bonne fin de soirée.

Robert Richard, C. 60

Remonter


 

 

 

 

 

 

 

 

 


 

 

L'Association | Quoi de neuf? | Activités | Les membres | Vie des Conventums |
Bulletin des anciens | Histoire du collège | Souvenirs | Liens |
 
Plan du site | Accueil | Chercher | Écrivez-nous |

Copyright © Association des anciens élèves du collège Sainte-Marie (2004)
Design et conception - Natmark-Concept inc.