Association des anciens élèves du collège Sainte-Marie
Écussion officiel du collège Sainte-Marie
 AccueilPlan du siteChercherÉcrivez-nous   

  L'Association
     > La direction
     > Adhésion
  Quoi de neuf?
  Activités
     > Rencontres annuelles
     > Évènements spéciaux
  Membres et anciens
     > Liste des membres
     > Décès d'anciens
     > Index des anciens
  Vie des Conventums
     > Les rencontres
     > Les responsables
     > Guide d'organisation
  Bulletin des anciens
     > Dernier Bulletin
     > Bulletins antérieurs
  Bilans de vie
     > Bilans d'Anciens
  Histoire du collège
     > L'auteur
     > Extraits choisis
  Souvenirs
     > Éducateurs
     > Textes et photos d'hier
     > Photos de classe
     > L'écusson du CSM
  liens

VIE DES CONVENTUMS

Les rencontres

Conventum 59

Retrouvailles du C.59, le mercredi 14 novembre 2018

Par Michel Perrault, C. 59

 

Journée qui annonçait un hiver long, telle fut celle des Retrouvailles des confrères du Conventum de 1959. Il y manquait ce relief qui, depuis plusieurs années déjà, donnait à cette rencontre annuelle un allant revigorant. De fait, notre confrère et ami Jacques D. Girard était absent pour cause de déménagement, lui qui a, la plupart du temps, orchestré l’organisation et la tenue de nos Retrouvailles annuelles. Pas que son remplaçant pour l’occasion ait failli à la tâche, tout le contraire. Gilles Brunelle a rempli cette mission au pied levé et de main de maître, avec, tout à la fois, tact et détermination. Cela se sentait davantage par le manque d’une présence ce soir du 14 novembre où nous nous réunissions au restaurant l’Académie de la rue Crescent, une absence ressentie par tous.


Pour une rare fois, nous n’avons pas atteint la vingtaine de participants, nous étions 17, en incluant un invité de marque, Guy Bourgeault , un des deux titulaires de Rhétorique de l’année collégiale 1958-1959. Et puis, on avait déplacé le lieu de la rencontre à l’étage au-dessus du rez-de-chaussée alors que nous nous étions habitués au local du sous-sol après toutes ces années. Cela ne nous a pas empêchés de vite nous y faire et de retrouver entrain et vivacité dans nos échanges comme si nous venions de nous quitter.


Et, d’abord, une rectification que notre confrère Angrignon tenait à apporter. Vous vous souviendrez que dans le compte rendu des Retrouvailles de novembre 2017, il était écrit que lors du match pee-wee du Festival Brébeuf /Sainte-Marie de 1955, le tout premier but avait été compté par Vanasse sur une passe de Brunelle… Mais ce n’est pas ce qui est arrivé d’après Angrignon. C’est plutôt celui-ci qui avait marqué sur des passes de ses deux compagnons de ligne, Brunelle et Vanasse. Devant l’absence de contestation de la part de ces derniers, la tablée s’est rangée à la version d’Angrignon!


Puis, on s’est mis à raconter nos souvenirs de contributions à diverses œuvres comme la Saint-Vincent-de-Paul du père Lamarche (où votre humble serviteur apprit à tricoter au moyen d’une machine des chaussettes de laine pour l’hiver); les heures de bénévolat de Brunelle à Saint-Charles Boromée; ou, encore, nos expéditions en soirée pour aller chercher des fonds pour le Prêt d’Honneur. Suivant le quartier où nous passions, la récolte pouvait varier sensiblement. Je me souviens être arrêté à une porte où mon interlocuteur à qui je faisais mon laïus, me répondit qu’il était lui-même un ancien de Sainte-Marie, qu’il avait gradué en optométrie à l’université et que la clientèle se faisait rare…il a quand même donné, belle leçon de vie.


Les anecdotes se sont échangées gaiment autour des tables. Notre fidèle Marc Gagnon de Matane qui visitait Montréal pour faire d’une pierre deux coups (c’est un aficionado de la Foire du Livre) nous en a conté une bonne. Il nous rappelait ces compositions du samedi après-midi que nous devons faire en diverses matières. Exceptionnellement, un samedi, il y eut deux compositions, une en analyse littéraire, l’autre en version grecque. Marc nous avoua que ces deux matières étaient aux extrêmes sur son échelle de réussite, ses prouesses en analyse littéraire surpassant de beaucoup ses maigres résultats en version grecque. Comme il s’y attendait, le lundi matin suivant, les résultats annoncés par le titulaire confirmèrent entièrement ce constat : « Gagnon, premier en analyse littéraire, dernier en version grecque… ». Ce qu’il prit avec humour en commentant qu’il était…l’alpha et l’omega…des compositions du samedi…


En fin de repas, il y eut un regroupement autour de Guy Bourgeault. Cela a donné l’occasion de rappeler le souvenir de la pièce de T.S. Eliot, Meurtre dans la Cathédrale, que le Père Bourgeault d’alors avait montée sur les planches du Gesù avec plusieurs d’entre nous (la plupart intégrant le Chœur). Elle raconte l’histoire de l’Archevêque de Cantorbéry, Thomas Becket, autrefois ami intime du Roi Henri II d’Angleterre, et qui, à la fin du XIIe siècle, revient de son exil pour affronter la colère de ce dernier. Leçon édifiante de la bataille du temporel et du spirituel, du moins c’est ce qu’on nous enseignait…


Tous se quittèrent en espérant se revoir à l’occasion du 60e anniversaire de notre conventum dont la date de célébration nous sera communiquée par Jacques D. Girard.

Michel Perrault C.59

 

Voir album de photos

 

 

L'Association | Quoi de neuf? | Activités | Les membres | Vie des Conventums |
Bulletin des anciens | Histoire du collège | Souvenirs | Liens |
 
Plan du site | Accueil | Chercher | Écrivez-nous |

Copyright © Association des anciens élèves du collège Sainte-Marie (2004)
Design et conception - Natmark-Concept inc.