Association des anciens élèves du collège Sainte-Marie
Écussion officiel du collège Sainte-Marie
 Plan du siteAccueilChercherÉcrivez-nous   

  L'Association
     > La direction
     > Adhésion
  Quoi de neuf?
  Activités
     > Calendrier des activités
     > Rencontres annuelles
  Les membres
     > Liste des membres
     > Adresses de courriel 
     > Avis de recherche
     > Décès d'anciens
  Vie des Conventums
     > Les rencontres
     > Les responsables
     > Guide d'organisation
  Bulletin des anciens
     > Dernier Bulletin
     > Bulletins antérieurs
  Bilans de vie
     > Bilans d'Anciens
  Histoire du collège
     > L'auteur
     > Extraits choisis
  Souvenirs
     > Éducateurs
     > Textes et photos d'hier
     > Photos de classe
     > L'écusson du CSM
     > Exposition sur le Collège
  liens

VIE DES CONVENTUMS

Les rencontres

Conventum 1959 - novembre 2006

 

 

En face de la Place des Arts, ces derniers jours, on a surpris la conversation de deux Anciens d’un Conventum du début des années 60. Ces deux confrères auraient finalement réussi à passer leur baccalauréat ès arts au Collège avant que ce dernier ne ferme ses portes en 1969!
Voilà à quoi se résumaient les propos qu’ils tenaient…

- Non, mais qu’est-ce qu’ils ont de particulier ces anciens du conventum 1959! Ils passent leurs temps à se réunir.

-T’as bien raison. Ils souffrent peut-être de cette maladie moderne qu’on appelle « la réunionite ».

- Non, mais penses-y donc! T’as vu, d’après ce que rapporte le dernier Bulletin de liaison des Anciens, plus d’une douzaine d’entre eux se sont réunis dans le Bas-du-Fleuve, à Notre-Dame-du-Portage plus précisément, dans le coin de Rivière-du-Loup, pour y passer un «ouiquenne» accompagnés de leur conjointe. Ils auraient occupé une partie de leur samedi après-midi à échanger sur un sujet aussi excentrique que celui du « Livre tibétain de la Vie et de la Mort »! Je trouve qu’ils sont un peu cinglés ces gars-là pour palabrer comme des routiers en bobettes…

- Et il faut savoir que ces bonnes gens auraient toutes été reçues le samedi après-midi chez leur condisciple Michel Perrault!

- Enfin, c’est bien de leurs affaires. On devrait pas se mêler de ça…

- Quand même!

- Non, mais savais-tu que ces mêmes douze gars se sont de nouveau retrouvés à Mercier, en Montérégie, le 15 novembre dernier chez un autre de leurs confrères, Roger Bourdages?

- Ça, oui, j’étais au courant. C’était une des trois ou quatre réunions annuelles qu’ils tiennent dans le cadre de leurs activités Autour d’un piano que François Cousineau a lancées il y a trois ou quatre ans à sa résidence personnelle.

- Ah bon!... Mais tu sais pas la meilleure.

- Non, mais je sens que je vais l’apprendre!

- Imagine-toi que deux semaines plus tard, jour pour jour, soit le 29 novembre, dans le cadre de leur rencontre annuelle, ces mêmes zigs du conventum 59 se revoyaient pour une troisième fois à l’intérieur d’une période de moins de trois mois. Comme l’an dernier, cette rencontre s’est tenue chez Jacques Girard à Notre-Dame-de-Grâce.

- L’ancien sous-ministre de l’Éducation?

- Non, non, que j’te dis, chez Jacques D., chez Jacques D. Girard, l’éminence grise du fameux conventum 59!

- Non, mais veux-tu bien me dire ce qu’ils peuvent radoter en pareilles circonstances. Veux-tu que je te dise ma franche…

- Mais, c’est pas tout. Ils sont allés poursuivre leurs élucubrations dans un chic restaurant français de la rue Sherbrooke ouest. Que de divagations! Que d’extravagances! Que de placotages tout aussi inutiles qu’invraisemblables!

- Et de beaux esprits apparemment! Inspirés par les vapeurs enivrantes d’un Beaujolais, d’un Bordeaux, ou même d’un Pellegrino « Mineral Water », peux-tu te faire à l’idée que ces innommables supporteurs des «Oiseaux bleus» discourent à s’en fendre l’âme sur les prouesses estudiantines qui ont fait leur renommée à Sainte-Marie.

- Non, non. Là, je trouve que tu charrie un peu beaucoup.

- Mais de quoi pour l’amour du bon Dieu peuvent-ils bien s’entretenir?

- J’sais vraiment pas. Mais en avril dernier au Gesù, j’ai prêté une oreille attentive aux quelques bribes des conversations qu’ils tenaient à leur table. Conversations que je n’étais pas en mesure de comprendre, mais dont j’ai pu saisir certains mots évocateurs de notre alma mater. Comme, par exemples : la cour des p’tits, la cour des grands, «Tiger», Julien Harvey, «Bibitte», Brouillé, Vigneault, Saint-Denis, Saint-Laurent, Massé, Bourgeault, Bourgault, Léonard, M. Gérard, M. Cadotte, M. Hardy, Maurice Gingras et son «De profundis » au jubé, le festival, les Scouts, les Routiers, le Journal du Sainte-Marie, les parascos, le Gesù, la chapelle, le père spirituel, Brébeuf, et que sais-je encore, comme avait l’habitude de répéter notre professeur d’histoire en syntaxe…

- Bon. Ça suffit. Je dois y aller. Mais, dis donc, tu ne devais pas appeler notre président pour que les membres de notre conventum se réunissent en 2007? J’aimerais bien revoir mes confrères de classe, d’autant plus que j’étais en Europe lors de la dernière rencontre de septembre 2002…

- O. K., ça va là, j’ai compris! Je l’appelle ce soir, promis, et je t’en donne des nouvelles demain, tiens…

- Parfait! À la prochaine alors!

- Oui, à la prochaine, salut!

Bernard Downs, C. 59

 

 


Voir album de photos

 

 

 
 

L'Association | Quoi de neuf? | Activités | Les membres | Vie des Conventums |
Bulletin des anciens | Histoire du collège | Souvenirs | Liens |
 
Plan du site | Accueil | Chercher | Écrivez-nous |

Copyright © Association des anciens élèves du collège Sainte-Marie (2004)
Design et conception - Natmark-Concept inc.