Association des anciens élèves du collège Sainte-Marie
Écussion officiel du collège Sainte-Marie
 Plan du siteAccueilChercherÉcrivez-nous   

  L'Association
     > La direction
     > Adhésion
  Quoi de neuf?
  Activités
     > Calendrier des activités
     > Rencontres annuelles
  Les membres
     > Liste des membres
     > Adresses de courriel 
     > Avis de recherche
     > Décès d'anciens
  Vie des Conventums
     > Les rencontres
     > Les responsables
     > Guide d'organisation
  Bulletin des anciens
     > Dernier Bulletin
     > Bulletins antérieurs
  Bilans de vie
     > Bilans d'Anciens
  Histoire du collège
     > L'auteur
     > Extraits choisis
  Souvenirs
     > Éducateurs
     > Textes et photos d'hier
     > Photos de classe
     > L'écusson du CSM
     > Exposition sur le Collège
  liens

BULLETIN DES ANCIENS

Bulletin d'avril 2008

 

 


Le mot du président

   

 

Quand on y tient !

Lors de sa présentation du bilan de 2007, notre trésorier, Jacques-Marie Gaulin, faisait remarquer aux membres du conseil d’administration que les dons représentaient 40% des revenus de l’Association.

Cela montre jusqu’à quel point les Anciens tiennent à ce que leur Association vive! Sans cette «contribution volontaire», l’Association survivrait à peine! En maintenant la cotisation à un niveau raisonnable, nous la gardons à la portée de tous, mais seul le «surplus» apporté par les dons rend possibles la publication du bulletin et la tenue de la Fête annuelle.

 

Les 447 Anciens qui ont payé leur cotisation en 2007, 280, soit 62,5%,
ont ajouté un don à leur cotisation.

Ces dons sont la planche de salut de l’Association : la suite de l’histoire vous appartient !


Le président, Émile Robichaud

 

Remonter


Fête annuelle des anciens

Fête annuelle des Anciens,
le lundi 5 mai 2008,

au Gesù, 1200, rue de Bleury à Montréal


L
’Association maintient le retour de la fête annuelle en mai, qui lui a valu une excellente
participation en 2007. Cette année, la fête annuelle aura lieu le lundi 5 mai !
Profitez de cette occasion de revoir vos confrères et consoeurs voire d’anciens professeurs
dans une ambiance joyeuse et décontractée. Inscrivez donc ce rendez-vous à
votre agenda et invitez d’autres membres de votre conventum à se joindre à vous.


Programme:

 

• 15 h 30 • Inscription
• 16 h 30 • Messe à l’église
• 17 h 15 • Assemblée générale à la salle d’Auteuil
• 18 h 00 • Réception

Remonter


Vie des conventums

L’année 2007 fut une année faste pour les réunions de conventums, avec un total
de six réunions, ce qui témoigne de l’intérêt soutenu des Anciens de se retrouver entre
collègues pour partager leurs souvenirs de collège, mesurer le chemin parcouru.
Les textes et photos qui suivent relatent les réunions des conventums 48, 49, 55, 59 et 62
qui se sont réunis en 2007 et celle du conventum 50 qui s’est réuni en mai 2006. Le site
Internet de l’Association présente d’autres photos (en couleur) des réunions de conventums.

 


Conventum 48

L’automne dernier, par une belle fin de matinée, plusieurs Anciens se sont donné rendez-vous pour déjeuner au Manège militaire des Hussards, avenue de la Côte-des-Neiges.
L’immeuble a des murs entiers tapissés de photographies de soldats et d’officiers ayant fait la
guerre de 39-45 et celle de 14-18.

Nous étions tous à déambuler dans ce bâtiment vétuste, aux marches d’escalier usées qui
nous rappelait notre vieux collège Sainte- Marie que nous fréquentions dans les années
40. Plus de 60 ans!

Pourtant, tout le monde était en forme, bon pied, bon oeil. Surprenant quand même. Ou alors, ces rencontres annuelles nous rajeunissent.

À l’heure du lunch, au surplus délicieux, digne des meilleures tables de Montréal, avec
entre autres, un plat de saumon succulent, tout le monde se mit à parler. On aurait pensé entendre des blagues, des anecdotes, mais c’est de nos professeurs dont les gens parlaient
surtout: Jean-Louis Brouillé, Maurice Vigneau, Émile Cambron, Bernier, Rancourt, Gareau,
Taché, St-Laurent. On pourrait tous les nommer. Tous ces hommes étaient formidables,
admirables. Et puis, certains d’entre nous se sont mis à les imiter. C’était tellement drôle.
Mais triste à la fois, puisqu’ils sont tous disparus. Souvenirs, nostalgie.

Après avoir bien mangé et bien bu, nous nous sommes promis de nous revoir en octobre
2008, pour le 60ième.

Mais tous n’y seront pas. Robert Pâquet et Jean-Guy Nadeau, deux confrères que je connaissais bien et que j’aimais beaucoup nous ont quittés. Allez, la vie est ainsi faite.

Jean-Jacques Charette, C. 48


Conventum 49


Le conventum 49 se réunissait le 24 octobre dernier dans ce lieu évocateur qu’est le mess
des officiers des Fusiliers Mont-Royal, avenue des Pins à Montréal. Gilles Dumontier, C. 50
s’est joint à son confrère Jean-Louis Lalonde, C. 50, au piano, pour agrémenter la réunion de
quelques refrains. Les photos ci-jointes ont été prises par Jean-G. Desjardins

Arthur Lefebvre et Jean-Guy Bonnier C. 49 : Jean-Guy Bonnier et Ulysse Desrosiers ;
C, 50 Gilles Dumontier
C. 49 : Marcel Dubé C. 49 : Maurice Gareau et Arthur Lefebvre

Conventum 1950

Le conventum 50 se réunissait en mai 2006 au restaurant «Les Infidèles» pour la première fois
depuis leur 50ième anniversaire. Un conventum vigoureux puisqu’il rassemblait 34 anciens!
Chapeau aux organisateurs et en particulier à Gilles Lavigueur pour cette réussite!

C. 50 : Yves Lefebvre, Jean-Jacques Croteau et Jacques Beaudoin C. 50 : Maurice Lagacé et François Aquin
C. 50 : Jean-Jules Guilbault, Paul-Yves Denis et Guy-E. Dulude
C. 50 : Gilles Lavigueur et Jacques Simard

 


Conventum 1955

C’est au restaurant La Gaudriole, comme d’habitude, qu’une trentaine de membres du
Conventum 55 se sont réunis, le 3 octobre dernier, pour leur rencontre annuelle. Cette
année, c’est Robert Burns, le secrétaire du Conventum, qui, généreusement, a bien voulu se
charger de l’organisation, aidé de Jean-Cléo Godin et d’André Kuzminski. Le grand nombre
d’Anciens présents atteste incontestablement de son sens de l’organisation bien connu (…)

Encore une fois, tous les participants ont souligné combien il était agréable non seulement
de ressasser de vieux souvenirs, mais également de partager des expériences de vie.
Quel plaisir, par exemple, pour un amateur d’opéra comme moi, de découvrir qu’Yvan
Whissel et Jacques Raîche partagent la même passion et de pouvoir discuter avec eux des
oeuvres et des chanteurs que nous avons eu l’occasion de voir et d’entendre! Cela nous
permet de découvrir de nouveaux aspects à des visages que nous croyions bien connaître.

C. 55 : Origène Grenier s.j., Louis Bernard et Jean Cléo Godin C. 55 : Yvan Whissell, Jacques Raîche et Jean-Guy Proulx
C. 55 : Claude Leblanc, Claude Leduc, Albert Melançon, Guy Drouin et Jean-Denis Clairoux C. 55 : René Roy, René Doucet et Pierre Martin

(…)Après un moment de recueillement pour rappeler le décès de Raymond Vézina, d’Oscar
Dufresne et du père Gérard Delisle, s.j., j’ai souligné que notre ancien professeur de Méthode, le père Origène Grenier, s.j., qui nous faisait encore une fois le plaisir de sa présence, avait célébré le 15 août dernier son 60e anniversaire de prêtrise. Tous se sont réjouis de constater que le père Origène semblait avoir trouvé la Fontaine de Jouvence et qu’il restait aussi vif d’esprit que du temps du Collège. Espérons que nous pourrons le compter parmi les convives encore de nombreuses années.

Et après de joyeuses agapes, tous se sont bien promis de se revoir l’automne prochain.
Nul doute qu’ils seront tous fidèles à leur promesse, comme ils l’ont été cette année.

Louis Bernard, C. 55

 


Conventum 59

Les Anciens du C. 59 continuent d’être fidèles à leur rendez-vous annuel. Le rendez-vous
d’automne, bien pensé et organisé par notre confrère Jacques D. Girard, a normalement
lieu dans ce «no man’s land» du calendrier qui se situe entre la rentrée de septembre et les
Fêtes de fin et de début d’année. Les retrouvailles 2007 se sont donc déroulées le mercredi
14 novembre.

Nous étions, ce jour-là, 19 réunis à N.-D.-G. chez Jacques D. pour l’apéro. Comme en témoignent les photos qui accompagnent ce reportage, nous en avons profité pour deviser
dans la bonne humeur sur nos devenirs respectifs, tout en savourant ce moment privilégié qui
nous permet de nous revoir à intervalles réguliers.

Cette rencontre, en particulier, a permis aux deux cousins Laurendeau et Perrault de se retrouver, eux qui ne s’étaient pas vus depuis 2000. Était également présent notre confrère,
le juge Marc Gagnon, qui avait fait le trajet depuis Matane pour venir passer quelques
heures avec nous et ainsi pouvoir, tant qu’à y être, siéger à Montréal. Les conversations,
joyeuses, animées et parfois sérieuses, se sont ensuite poursuivies dans un restaurant de la rue Sherbrooke Ouest autour d’un souper bien arrosé des vins que chacun apportait pour
l’occasion.

Fait à noter, on retrouvait, parmi les 19 Anciens présents, dix des 14 confrères qui se
voient plus souvent durant l’année au sein du groupe Autour d’un piano. Les trois dernières
rencontres de ce groupe ont eu lieu respectivement à Montréal, chez François Cousineau; à
Repentigny, chez Renault Gaudet; et à Notre- Dame-du-Portage, chez Michel Perrault. Ces
rencontres donnent lieu à des échanges qui nous permettent de mieux nous connaître, par
exemple, en faisant écouter et en commentant nos choix musicaux ou en parlant de nos oeuvres de peinture préférées, deux des thèmes de nos récentes réunions.

Michel Perrault, C. 59

 

C. 59 : Marc Valois, Pierre Saint-Laurent et Pierre Angrignon C. 59 : Jacques D. Girard, Renault Gaudet, Roger Bourdages et Jean Ruest
C. 59 : Pierre Duguay, Yves Laurendeau, Michel Perrault, Jacques Vallée, Marc Gagnon et Pierre Saint-Laurent C. 59 : Jean Ruest, Jacques Grenier et Pierre Angrignon

 


Conventum 62

C’est au splendide Restaurant Hélène-de- Champlain que les Anciens du Conventum 62
se sont donné rendez-vous pour souligner, le 19 octobre 2007, le 45e anniversaire de leur
promotion. Le Conseil avait choisi cette fois une réunion entre hommes, laissant les conjointes
seules à leurs occupations, afin d’avoir les coudées franches pour se remémorer leurs
bons et mauvais coups. (…)

Nous arrivons donc au restaurant avec une certaine appréhension bientôt remplacée par la
joie de retrouver les copains avec qui nous avons partagé, sous la houlette de nos maîtres
jésuites, ces années d’apprentissage du latin et du grec, d’initiation aux sciences, d’ouverture
au sens de l’histoire, et d’expériences formatrices dans le théâtre, les sports, le scoutisme,
le journal et la vie politique.

Dans son mot de bienvenue, le président Louis Fournier redit sa joie de nous revoir
aussi nombreux et, comme pour prendre la mesure des années écoulées, lit une lettre du
Gray Rock’s Inn datée du 5 avril 1962 dans laquelle on peut constater quelles dépenses
folles nous avons faites lors de notre fête de Conventum. (...)

Michel Bourgault a rappelé que l’Association des Anciens compte sur ses membres pour assurer sa vitalité. Les Anciens du C.62 sont sans doute nombreux à avoir pris leur retraite depuis 5 ans. D’autres feront ce pas durant les prochaines années. Il est important de songerà ce que l’engagement au service des autres peut faire non seulement pour l’Association elle-même, mais aussi pour son bien-être personnel. Michel présenta ensuite un à un les artisans et animateurs du site Internet de l’Association. Une ou deux réunions par année, un bon esprit d’équipe et les talents de chacun habilement exploités suffisent pour faire fonctionner le site.

C. 62 : Michel Bourgault et Michel Bourdon C. 62 : Jean-Marie Moutquin, Jacques Tremblay
C. 62 : Louis Fournier
   

Louis Fournier a mentionné, avec regret, dans son mot de bienvenue, que quelques confrères
sont décédés depuis notre rencontre du 40e: Jean Blanchet, Normand Joyal, Ronald Ferland et Jean-Pierre Bélanger. Ces départs et bien d’autres signes nous donnent à penser qu’il nous faut vivre intensément le moment présent, en essayant de discerner, à travers lesévénements bons et mauvais de notre temps, les signes d’un monde nouveau – espérons meilleur! - qui se construit sous nos yeux

.
Michel Bourgault, C. 62

Remonter


Le Collège Sainte-Marie : aux origines du projet.

S’il est bien connu que le collège Sainte-Marie a ouvert ses portes en 1848, le projet d’un collège jésuite à Montréal remonte à bien plus loin dans le temps, à une époque où il n’y avait encore aucun établissement d’enseignement secondaire à Montréal.

Dès le XVIIième siècle, sous le Régime français, les Jésuites avaient tenté d’établir un collège à Montréal. En 1693, le Père Chauchetière entreprit d’y enseigner le latin, la marine, les fortifications et les mathématiques à un groupe de 12 à 15 élèves. Toutefois, ce collège embryonnaire allait fermer avec le départ de son initiateur en 1694. Ce n’est que vers 1727 qu’un groupe de citoyens montréalais adressera au gouverneur Beauharnois une requête à l’effet de créer un collège destiné à former les jeunes gens, et qui aurait été dirigé par les Jésuites. Cette requête fut refusée par le ministre Maurepas et une autre demande semblable adressée en 1731 connut le même sort. Pendant toutes ces années, les jeunes Montréalais devaient donc se rendre à Québec pour recevoir une éducation secondaire. Et il fallut attendre jusqu’en 1773 pour qu’un nouveau projet soit relancé. Hélas, cette même année 1773, le Pape Clément XIV supprimait la Compagnie de Jésus, et c’est aux Messieurs de Saint- Sulpice qu’il reviendra d’installer leur collège dans le château de Vaudreuil…

Par ailleurs, c’est aussi grâce à un monsieur de Saint-Sulpice que s’amorcera plusieurs années plus tard le retour des Jésuites au Canada, et par la suite la fondation du collège. En 1839, 25 ans après que le Pape Pie VII ait restauré la Compagnie de Jésus, le Supérieur du Séminaire de Montréal, M. Vincent Quiblier, invite le Jésuite Pierre Chazelle, recteur du Collège St. Mary’s au Kentucky, à venir prêcher une retraite sacerdotale à Montréal (M. Quiblier avait eu le Père Chazelle comme professeur de Rhétoriqueà Montbrison). Le Père Chazelle accepteet se laisse convaincre pendant sa visite ici de l’opportunité d’un collège jésuite à Montréal. Il consent même à parler de l’idée au Général des Jésuites et sera à Rome en 1841 au moment où Mgr Bourget, nouvel évêque de Montréal vient demander des Pères au Général des Jésuites, le Père Roothan. Celui-ci acquiesce à la demande de Mgr Bourget et charge le Père Chazelle de recruter en France des Jésuites pour le Canada. C’est ainsi que le Père Chazelle s’embarque le 24 avril 1842 à la tête d’un groupe d’ecclésiastiques comprenant cinq autres missionnaires jésuites, trois frères coadjuteurs et quatre prêtres séculiers. Parmi ces pères jésuites figure le Père Félix Martin, futur fondateur du collège. Le 31 mai 1842, les Jésuites sont de retour à Montréal, 42 ans après le décès du Père Casot, dernier Jésuite arrivé au Canada sous le Régime français.

La fondation d’un collège jésuite est la priorité du Père Chazelle et le premier choix qui lui est proposé est de l’établir dans un collège qui existait déjà, le Collège de Chambly. Mais l’établissement est déficitaire, les communications y sont difficiles pendant certaines périodes de l’année et le Père Chazelle refuse. Entretemps, le groupe des Jésuites qui logeait à l’évêché de Montréal, alors sur la rue Sainte- Catherine près de Saint-Denis, s’établit à Laprairie dont le curé, l’abbé Power, vient d’être nommé évêque de Toronto. Les habitants de Laprairie se mobilisent alors pour convaincre le Père Chazelle d’établir chez eux le collège jésuite. Celui-ci est vite gagné à leur cause et essaie, mais en vain, d’obtenir l’accord de Mgr Bourget.

Finalement, Mgr Bourget renonce à confier aux Jésuites le collège de Chambly où il entend plutôt créer une école normale. Il a refusé aux citoyens de Laprairie le collège qu’ils réclamaient mais les assure tout de même que les Jésuites continueront de leur prodiguer «leurs soins». À ce moment, c’est clairement àMontréal qu’il veut voir s’implanter un nouveau collège jésuite. Il propose alors au Père Chazelle de prendre en charge une école primaire située près de l’église St-Jacques. Celui-ci s’y oppose, gratuite en établissement payant.

Mgr Bourget et le Père Chazelle n’arriveront pas à se mettre d’accord. Entretemps, le Père
Chazelle a été invité à prêcher des retraites sacerdotales à Québec et à Toronto, ce qui lui
vaudra d’autres propositions. Mgr Turgeon de Québec propose de confier aux Jésuites le collège de Nicolet, tandis que Mgr Power souhaite créer un collège à Toronto, et une mission
auprès des autochtones de Sandwich (Windsor). Cette dernière proposition recevra l’assentiment du Père Chazelle, en avril 1843. Enthousiasmé par les missions auprès des «sauvages», il s’y fixe lui-même en 1844 et y restera jusqu’à sa mort survenue en septembre 1845.

Le départ vers Sandwich du Père Chazelle oblige les Jésuites de Montréal à nommer un
nouveau Supérieur. Ce sera le Père Félix Martin qui entre en fonction le 31 juillet 1844. Le projet du collège jésuite à Montréal vient de franchir une nouvelle étape (à suivre).

Bernard Downs, C. 59
Source : Desjardins, Paul : Le Collège Sainte-Marie de Montréal
– La Fondation – Le Fondateur, Collège Sainte-
Marie, 1940.

Remonter


Et les fameux bulletins ?

Bizarre quand même que cette obsession de la mesure qu’illustre bien toute la pénible
querelle des bulletins. Comment savoir ce que les enfants savent ? Jacqueline de Romilly
nous rassure : «(...) il n’est pas nécessaire que les souvenirs remontent jusqu’à la conscience
pour exercer leur influence. Et voilà alors ce monde intérieur qui se multiplie à l’infini,
grâce au trésor caché des souvenirs oubliés. Une dimension nouvelle apparaît, et des
richesses nouvelles s’ouvrent à nous.»*

On ne peut mieux définir l’éducation humaniste. Et malgré ce qu’en pensent les esprits
étroits, les choses qu’ils croient «apprises inu tilement parce que si vite oubliées»... ne sont
pas oubliées: parce que «Les savoirs oubliés sont passés en nous en éveillant certaines
émotions: la voie reste ouverte pour toujours à des réactions de même type, affectives ou
morales»*.

Voilà bien ce que les bulletins scolaires ne mesureront jamais...

Émile Robichaud


* Jacqueline de Romilly, Le Trésor des savoirs oubliés,Édition de Fallois, 1998, publié aussi dans Le Livre de Poche

Remonter


En Bref

Georges Leroux, C. 61, s’est vu décerner le prix de la revue Études françaises, pour son livre Partita pour Glenn Gould, publié par les Presses de l’Université de Montréal. Ce prix s’accompagne d’une bourse de 5 000 $.

Louis Balthazar, C. 48, a été nommé officier de l’Ordre national du Québec.

Remonter


Jacques Hébert, le rebelle aux multiples causes..

La fête du 150ième anniversaire fut probablement une des rares apparitions de Jacques Hébert, à des réunions de l’Association des Anciens. Il semblait alors heureux d’y échanger avec ses collègues du Sainte-Marie, et on s’étonnait un peu de le voir deviser avec des confrères qui avaient largement passé l’âge de la retraite, ce jeune à qui une vie d’engagement avait donné une allure d’éternel combattant.

S’il était bien connu pour le soutien très actif et constant qu’il apportait depuis des années aux organismes qu’il avait fondés : Katimavik et Jeunesse Canada Monde, pour les causes qui lui étaient chères, telles la démocratie, les droits et libertés, ce qui mérite largement d’être retenu est son association au monde du livre à la fois comme écrivain et comme éditeur.

Jacques Hébert C.41



À la fin de ses études, Jacques Hébert entreprendra de longs voyages de découverte à travers le monde, dont il allait tirer des livres écrits d’une plume alerte, dans un style vif et clair, révèlant un homme déjà très attentif au monde qu’il découvre, et devenus aujourd’hui objets de collection : Autour des trois Amériques, Autour de l’Afrique, Aventuresautour du monde…. Ces expériences de voyage, en lui ouvrant les yeux sur d’autres pays, d’autres cultures, contribuèrent à faire de lui un homme profondément engagé dans la lutte pour la liberté et la démocratie. Le jeune écrivain critiquera la société québécoise de l’époque duplessiste dans des publications comme Vrai et Cité Libre. Il s’implique dans l’édition pour publier son livre Coffin était innocent refusé par les éditeurs de l’époque et fonde les Éditions de l’Homme puis, quelques années plus tard, les Éditions du Jour. Au cours de ces années turbulentes marquées par la fièvre nationaliste et des luttes politiques, Jacques Hébert allait éditer de nombreux auteurs dont les opinions étaient souvent à l’opposé des siennes. Toujours, le respect de la liberté et la fraternité qui transcendait les conflits idéologiques et politiques préservait un climat de respect mutuel entre lui et les auteurs.

On connaît généralement mieux le reste de sa vie, la fondation de Jeunesse Canada Monde, de Katimavik, ses activités comme sénateur, qui faisaient de lui certainement le membre le plus turbulent du Sénat. Jusqu’à la fin, il restera fidèle à lui-même, bouillant, énergique ! S’il ne fut pas toujours indulgent vis-à-vis ses anciens maîtres jésuites, comme tant des plus célèbres élèves des bons pères, il demeurera certainement l’un des plus fidèles à l’esprit des Jésuites, par sa persistance à «travailler sans chercher le repos, à combattre sans souci des blessures».

Richard L’Heureux, C. 62

Remonter


 

Marcel Saint-Germain, le Cynique éclectique.

En 1998, la fête du 150ième anniversaire du collège nous avait donné le plaisir de revoir sur la scène du Gesù ce comique hors du commun que fut Marcel Saint-Germain. C’était pour lui un retour aux sources, sur les lieux mêmes où il était monté sur les planches lors des mémorables soirées Parascos, avec les Marc Laurendeau, François Cousineau, André Dubois, Denis Arcand, Stéphane Venne, Michel Provost et autres.

L’importance que le collège donnait aux arts d’interprétation allait favoriser l’éclosion de ce grand talent qui excellait dans le comique, comme dans les autres genres de la scène. Mais ce sont ses prestations lors des fameuses soirées Parascos, qui allaient déterminer son parcours.

Au moment où il entreprend ses études de droit à l’Université de Montréal, ses anciens confrères des Parascos qui l’y avaient précédé montaient des spectacles tels que le Ciné-Cabaret et Marcel les rejoindra sur la scène. Il fait même une apparition dans le film «Seul ou avec d’autres». De ce groupe de brillants artistes venus de Sainte-Marie allait émerger l’équipe des Dubois, Laurendeau, et Saint-Germain, qui avec Serge Grenier, se produira pour la première fois en 1961 au Centre social de l‘Université de Montréal, sous le nom des «Cyniques».

Marcel Saint-Germain, C. 58

Le succès fut tel que Marcel Saint-Germain qui professe déjà comme avocat dans la firme PouliotMercure, décide d’embarquer à temps complet dans l’aventure et quitte ce travail difficilement compatible avec une carrière à la scène. Les Cyniques iront de succès en succès pendant plus de dix ans. Aux spectacles et émissions de télévision s’ajouteront des disques et la participation du groupe au film de Jacques Godbout, IXE-13. Dans toutes ces manifestations, Marcel Saint-Germain fera valoir ses immenses dons de comique naturel, aidé par une remarquable voix de ténor. Sa capacité de dérider les foules s’appuyait sur une culture très étendue, nourrie par des lectures abondantes et variées ainsi qu’un grand appétit de connaître qui le mènera à une maîtrise en sciences politiques une fois que les Cyniques auront mis fin à leurs activités au début des années 70.

Alors que les trois autres ex-Cyniques allaient poursuivre leur carrière dans le domaine des communications, Marcel Saint-Germain choisissait une autre voie et entrait au service des communications de Bell Canada. Après avoir pris sa retraite, il retournera quelque temps dans l’univers de l’humour, en devenant chercheur de talents pour le Festival «Juste pour rire» et entreprendra des études en histoire de l’art. Son esprit fin servi par une mémoire remarquable faisait de lui un homme au commerce des plus agréables, regretté par ses amis et collègues. Les Anciens perdent en lui un de leurs plus attachants confrères.

Richard L’Heureux, C. 62,
avec la collaboration de
Marc Laurendeau, C. 57

Remonter


 

Passons sur l'autre rive (Marc 3,35)

Louis-Phillippe De Grandpré, C. 33, avocat, juge à la Cour Suprême, bâtonnier de Montréal et du Québec, président de l’Association du Barreau canadien, décédé à Saint-Lambert le 24 janvier 2008.

André Vigneault, C. 38, père spiritain, décédé à Montréal le 6 janvier 2008.

Jacques Hébert, C. 41, journaliste, écrivain, éditeur, sénateur, mort à Montréal le 6 décembre 2007.

Georges-Henri Blouin, C. 42, diplomate, décédé à Ottawa le 27 décembre 2007.

Roland Gougeon, C. 44, représentant commercial, décédé à Montréal le 30 décembre 2007.

Jacques Leclerc, C. 45, prêtre séculier, décédé à Montréal le 26 février 2008.

Paul-H. Giguère, C. 47, médecin pédiatre, décédé à Montréal le 27 janvier 2008.

Léon Trudeau, C. 47, gynécologue-obstétricien, décédé à Montréal le 25 décembre 2007.

Robert Pâquet, C. 48, psychologue, décédé à Repentigny le 17 décembre 2007.

Pierre-Yves Toupin, C. 48, pharmacien, décédé à Montréal le 21 janvier 2008.

Marcel Lapointe, s.j., C. 50, ancien professeur d’art au Collège Brébeuf et au Centre de créativité du Gesù, décédé à Montréal le 18 février 2008.

Marcel Lefebvre, C. 50, chimiste, décédé à Shawinigan le 24 janvier 2008.

Robert Carle, C. 54, pédiatre, décédé à Montréal le 2 avril 2008.

Yvon Gravel, C. 54
, médecin-anesthésiste, décédé à Montréal le 12 décembre 2007.

François-Michel Gagnon, C. 56, juge à la Cour du Québec, décédé à Montréal le 4 mars 2008.

Michel Prud’homme, C. 57, médecin néphrologue, décédé à Montréal le 14 mars 2008.

Gilles La Boissière, C. 58, professeur, décédé à Montréal le 21 décembre 2007.

Marcel St-Germain, C. 58, avocat, politologue, membre du groupe des Cyniques, décédé à Brossard le 27 décembre 2007.

Pierre Leroux, C. 59, professeur, décédé à Montréal le 9 mars 2008.

Gérard Boudreau, C. 65, directeur des ressources humaines, décédé à Mississauga le 24 juillet 2007.

Robert Flahiff, C. 65, juge, décédé à Montréal le 17 décembre 2007.

Jean-François Paulhus, C. 67, réviseur, décédé à Montréal le 10 septembre 2007.

 

Remonter


   
 

L'Association | Quoi de neuf? | Activités | Les membres | Vie des Conventums |
Bulletin des anciens | Histoire du collège | Souvenirs | Liens |
 
Plan du site | Accueil | Chercher | Écrivez-nous |

Copyright © Association des anciens élèves du collège Sainte-Marie (2004)
Design et conception - Natmark-Concept inc.