Association des anciens élèves du collège Sainte-Marie
Écussion officiel du collège Sainte-Marie
 Plan du siteAccueilChercherÉcrivez-nous   

  L'Association
     > La direction
     > Adhésion
  Quoi de neuf?
  Activités
     > Calendrier des activités
     > Rencontres annuelles
  Les membres
     > Liste des membres
     > Adresses de courriel 
     > Avis de recherche
     > Décès d'anciens
  Vie des Conventums
     > Les rencontres
     > Les responsables
     > Guide d'organisation
  Bulletin des anciens
     > Dernier Bulletin
     > Bulletins antérieurs
  Bilans de vie
     > Bilans d'Anciens
  Histoire du collège
     > L'auteur
     > Extraits choisis
  Souvenirs
     > Éducateurs
     > Textes et photos d'hier
     > Photos de classe
     > L'écusson du CSM
     > Exposition sur le Collège
  liens

BULLETIN DES ANCIENS

Extraits du Bulletin de septembre 2001

 

Le mot du president
Carnet
Laisser des traces (R. L’Heureux)
Passons sur l'autre rive

Le mot du Président

Shakespeare, Mercure et autres considérations

Une fête annuelle réussie, un site Internet fréquenté et des Anciens enthousiastes ! L’Association des Anciens du Sainte-Marie vogue allègrement vers son 200e anniversaire.

Mais vous aimeriez participer encore plus «intimement» à cette merveilleuse aventure. Qu’à cela ne tienne ! Présentez-vous à la prochaine assemblée générale à 11 heures le 12 octobre prochain au Gesù (ne pas confondre avec la Fête annuelle du mois de mai) et faites profiter l’Association de vos idées et, pourquoi pas, de votre candidature au conseil d’administration.

Le buffet servi après la réunion vous permettra de retourner au bureau — ou au golf ! — à l’heure prévue, avec un enthousiasme renouvelé. Au fait, avez-vous payé votre cotisation 2001 et visité notre site Internet ? Votre cotisation, c’est le « To be or not to be » de l’Association et le site Internet, son Mercure !

Émile Robichaud

Remonter


Le carnet

C. 27 Roger Larose, l’un des plus anciens de nos anciens, nous écrit d’Outremont cette confidence : «J’ai 90 ans et je passe encore souvent devant le mur de pierre de la rue de Bleury. C’est encore mon alma mater.»

C. 36 Wilfrid J. Fortier habite Biddeford, dans le Maine. Il a organisé une campagne de financement pour rénover le local de sciences de l’école privée St-James. Avec les 30 000 $ recueillis, on a pu refaire le plancher, installer de nouveaux lavabos et renouveler l’équipement. Des parents ont même offert un tout nouveau squelette.

C. 41 Guy Girardin, de Saint-Marc-sur-Richelieu, nous confie qu’il est maintenant un rentier… paresseux.

C. 42 Maurice da Silva, d’Outremont, a rédigé un article intitulé «La Communauté de Route Charles-de-Foucault de Montréal, 1945-1960» pour un numéro spécial de la revue Échanges, nos 33-34, septembre 2000 et janvier 2001. Cette revue se consacre à la descendance spirituelle de Charles de Foucault au Québec aujourd’hui.

C. 42 Gaston Rondeau, de Marieville, préside depuis 1993 l’Association des juges retraités du Québec. De plus, il a été nommé président d’honneur des fêtes du 200e anniversaire de Marieville qui se tiennent en 2001.

C. 48 Louis Balthazar, de l’Université Laval, a reçu, à l’automne 2000, une bourse Fullbright pour l’enseignement et la recherche, du Bridgewater State College au Massachusetts.

C. 50 Léo Côté, de Ville Lasalle, est secrétaire de l’Association des aînées et aînés francophones du Canada.

C. 51 Pierre Tanguay, d’Aylmer, a été au service du gouvernement canadien pendant une trentaine d’années. Il a été notamment vice-président à l’Agence canadienne de développement international (ACDI), ambassadeur au Guatemala et au Honduras, ambassadeur auprès de la Francophonie à Paris. «J’ai, écrit-il, célébré le nouveau millénaire en prenant ma retraite, pour jouer au golf et me lancer dans l’art culinaire…»

C. 53 Gilles Bernier, de Saint-Georges de Beauce, est revenu au Canada en août dernier après avoir terminé un mandat de quatre ans comme ambassadeur du Canada en Haïti.

C. 53 Bernard Courteau est depuis deux ans professeur retraité de l’Université de Sherbrooke. Il a été président de l’Association mathématique du Québec de 1993 à 2000. En décembre de l’an dernier, il a reçu le prix Adrien-Pouliot de la Société mathématique du Canada. Ce prix est décerné annuellement depuis 1995 pour une contribution importante et soutenue à l’enseignement des mathématiques.

C. 55 André Brunet, résidant à l’Île-des-Sœurs, exerce sa spécialité de gérontopsychiatre à l’hôpital Jean-Talon de Montréal ainsi qu’à l’Hôtel-Dieu de Saint-Hyacinthe. Il écrit : «Je songe à la retraite, mais quand on aime ce que l’on fait et que de plus on rend service aux gens âgés en atténuant leurs souffrances morales… c’est une décision qu’il est très difficile de prendre.»

C. 55 Yvon Lussier a célébré le 27 mai dernier son 40e anniversaire de vie sacerdotale. Il est toujours actif comme pasteur curé à la paroisse Saint-Albert-le-Grand de Rosemont.

C. 56 Arthur Amyot est membre du comité exécutif ainsi que du Conseil de l’Université de Montréal. À l’hôpital du Sacré-Cœur, il est à la fois responsable de l’enseignement et des activités académiques du département de psychiatrie et directeur adjoint de la recherche au même département. Il réside à Outremont.

C. 57 Guy Pinard, habitant Brossard, déclare être maintenant à la retraite après 40 ans de service au journal La Presse. Heureusement, on peut encore lire occasionnellement les articles qu’il rédige à titre de pigiste

C. 59 Jacques D. Girard est travailleur autonome à Montréal. Il vient d’adapter pour le Canada Merveilles et secrets de la langue française, un livre de 500 pages publié en 2001 par Sélection du Reader’s Digest. Entre autres merveilles, cet ouvrage donne l’étymologie et trace les changements de sens d’environ 6000 noms communs, ainsi que de quelque 1700 noms de famille choisis parmi les plus fréquents au Québec.

C. 59 Claude Vaillancourt nous a expédié la missive suivante par courriel. « Il fait bon de découvrir le site Internet de mon Alma Mater après quelques années d'exil dans la Vieille Capitale. Je me souviens avoir quitté Montréal en 1959 pour suivre ma famille vers une nouvelle ville, pour m'y faire de nouveaux amis... Une nouvelle vie quoi ! Lorsque je me retrouve à Montréal, je retourne faire les cent pas sur la rue de Bleury. Je me surprends même à l'accasion à jeter un coup d'oeil dans notre vénérable chapelle du Gesù, la seule à avoir résisté au pic des démolisseurs. Vive le progrès? Je prends donc avec plaisir quelques moments arrachés à une confortable retraite pour saluer tous mes chers confrères qui comme moi ont hanté les sombres corridors du Collège, parfois même les interminables souterrains qui reliaient le Collège au Gesù. Je lève mon verre à votre santé et vous salue respectueusement ! Au plaisir de vous revoir un jour ! POUR CEUX QUI POURRAIENT AVOIR DU TEMPS: bacchus999@hotmail.com .»

C. 60 Bernard Bélair est devenu, au printemps de 2001, supérieur du Gesù et directeur général des Salles du Gesù. Il siège également à titre d’aumônier au conseil d’administration de l’Association des anciens élèves du collège Sainte-Marie.

C. 62 Gérald Bernier et Louis Fournier préparent déjà la prochaine réunion de leur conventum qui aura lieu en 2002. Voir leur communiqué publié sous la rubrique «Vie des conventums».

C. 62 Michel Bourgault nous a écrit ce qui suit via Internet. «C'est avec un grand plaisir que j'ai visité le site des Anciens du Collège. Félicitations à toute votre équipe! Je sais combien de temps il faut consacrer à pareil projet, aussi je vous admire d'avoir réussi à le mettre sur pied. Je crois que nous avons là un moyen adapté à la vie d'aujourd'hui de garder vivante la tradition du Sainte-Marie.

Comme nouvelle pour le Bulletin, j'aimerais signaler que j'ai participé au Colloque de la Société des Études Anciennes du Québec, tenu à l'UQAM au mois d'avril. La réunion regroupait une trentaine de professeurs de tous les niveaux intéressés à l'enseignement de l'histoire et des langues anciennes. On y a fait le point sur l'enseignement du latin et le pronostic était assez désolant. Au Québec, le latin est en perte de popularité ou en voie de disparition dans plusieurs institutions. Pour ma part, j'ai fait un compte-rendu d'un cours de latin que je donne en activité parascolaire depuis 3 ans à l'école secondaire Thérèse-Martin (Joliette). Bon an mal an, j'initie environ 5 élèves au latin. J'ai essayé sans succès d'intéresser de jeunes enseignantes ou enseignants de français surtout. À deux ans de ma retraite officielle, le site Internet du Village Emmaüs et ce projet de cours de latin me permettent d'entrevoir une deuxième vie...»

C. 62 Roch Denis a été nommé en juin dernier recteur de l’Université du Québec à Montréal. Il possède une longue expérience du milieu universitaire, à titre, entre autres, de professeur de science politique à l’UQAM, de président de la Société québécoise de science politique et de président de la Fédération québécoise des professeurs d’université. Il a publié récemment le livre Les défis de l’université au Québec.

C. 64 Luc Pilon, de Saint-Lambert, le dynamique chef adjoint du Service d’orthopédie de l’hôpital Saint-Luc, a présidé le 27 mai dernier la marche orthopédique Hip Hip Hourra sur le belvédère de la place Ville-Marie. Il souhaite ardemment qu’en 2002, les anciens, anciennes et leurs familles qui ont bénéficié de chirurgie orthopédique se joignent à cette marche bénéfice, symbole de la reprise de mobilité après une opération. Nous vous tiendrons informés de l’événement, notamment au moyen du site Internet.

C. 64 Réal Rodrigue, comme notre ami Jacques D. Girard, s’intéresse à la généalogie. Il est vice-président et webmestre de l’Association des familles Rodrigue et éditeur du bulletin de liaison de cette association. Bibliothécaire aux services informatisés du Service des bibliothèques de l’UQAM, il est à ce titre webmestre des bibliothèques de l’UQAM. Il habite le Nord de Montréal.

C. 65 Réal Lalande demeure à Ottawa et il travaille pour l’Unité d’appui au programme de coopération canadien (UAPC) situé à Port-au-Prince en Haïti.

C. 66 André Lacroix, de Saint-Lambert est directeur du programme d’endocrinologie à l’Université de Montréal. Il est membre du conseil d’administration de la Société d’implantation du centre hospitalier universitaire de Montréal (CHUM).

C. 67 Gilles Lépine vit à Saint-Hyacinthe. Il occupe le poste de directeur général du cégep Marie-Victorin et il préside l’Association provinciale des directeurs généraux de cégeps. Il est aussi vice-président de l’hôpital Louis-Hippolyte-Lafontaine et membre du comité exécutif du Conseil régional de développement de l’Île de Montréal. De plus, il préside le Gala d’honneur au mérite de la Chambre de commerce et de l’industrie de l’Est de l’Île de Montréal.

C. 68 Jean-Pierre Plante, humoriste d’Outremont, nous annonce qu’il est maintenant questeur urbain et édile curule. C’est peut-être pourquoi il dit avoir aussi gagné le prix Nobel de curling…

Remonter


Laisser des traces…

« Une image vaut mille mots… » Oui mais, quelquefois, c’est l’inverse… Une image décrit certes fort bien l’apparence, les formes, les couleurs d’une personne, d’un objet ou d’un paysage. Mais au-delà de la réalité visuelle, n’y a-t-il pas d’autres aspects de la vie, d’une situation, qui peuvent difficilement se transmettre autrement qu’avec des mots.

Cette réflexion m’est venue à la lecture d’un passage des Relations des Jésuites, ces rapports qu’écrivaient ces missionnaires vivant au Canada pour rendre compte à leurs supérieurs de leurs activités et de leurs observations. Je suis tombé sur le récit du voyage du père Charles Albanel à la baie James. Parti de Québec en canot en 1671 avec un groupe d’Indiens et de Français, il remonte le Saguenay depuis Tadoussac jusqu’au lac Saint-Jean. De là, le voyage se poursuit jusqu’au lac Mistassini d’où le missionnaire et ses compagnons descendent la rivière Nemiscau (Rupert) jusqu’à la baie James, périple qui s’étend sur plusieurs mois.

Arrivé à l’eau salée, Albanel rencontre les Kilistinons maintenant appelés Cris. Précédés de leur chef, ils viennent au-devant du missionnaire. « Le Capitaine me prend d’une main et de l’autre se saisit de mon aviron…», raconte Albanel. « Mon aviron », dit-il. Si Albanel avait son propre aviron, c’est qu’il devait s’en servir. On se représente volontiers le Jésuite d’autrefois, assis au fond du canot, pensif ou observant les lieux, voire lisant son bréviaire pendant que les autres pagayent. Mais qu’il pagaie lui-même comme les autres, ça c’est moins évident… Ces hommes ne faisaient donc pas qu’enseigner ou prêcher, ils devaient mettre l’épaule à la roue, pagayer même, eux aussi. Par-delà les trois siècles qui séparent la lecture de ce passage de sa rédaction, ce récit m’a peut-être aussi frappé du fait que j’ai visité cette partie de la baie James. J’ai alors pu comprendre que la vie des habitants de cette région, il y a à peine cinquante ans, n’était pas tellement différente de celle décrite par le père Albanel au XVIIe siècle. Une vie qui tourne autour de la chasse, de la pêche et de la traite des fourrures.

Je me dis aussi que les Relations des Jésuites sont un des principaux documents qui décrit, au jour le jour, la vie telle qu’elle se passait au Canada à l’époque où les Français s’y implantaient. Les Jésuites d’alors écrivaient pour leurs supérieurs et pour leurs confrères, sans probablement se douter que leurs récits intéresseraient encore des lecteurs quatre siècles plus tard. D’où l’importance de laisser des traces, sinon pour les générations futures, du moins pour ceux qui viendront immédiatement après nous. On laisse volontiers des photographies, des films vidéo, mais des écrits, c’est moins fréquent de nos jours. Pourtant, ils peuvent être tellement plus évocateurs.

Vous étiez vivant à l’époque de la deuxième guerre mondiale ? Comment voyait-on l’avenir dans ces années-là ? Nous avons tous vécu les longues années de guerre froide. Qui aurait pensé, il y a 25 ans, que la guerre froide allait graduellement s’éteindre au cours des dix dernières années ? Quels étaient les points forts de la vie de collégien au moment où vous fréquentiez le collège ? Autant de sujets d’observation, de réflexion, à évoquer au moyen de l’écriture.

Certains anciens, dont récemment Jean-Louis Roux par exemple, ont publié l’histoire de leur vie. Marguerite Lescop a connu un grand succès de librairie avec le simple récit de sa vie de mère de famille. Sans aspirer à des succès comparables, chacun de nous pourrait consigner certains moments, tristes ou gais de la vie, décrire la façon dont nous voyions le monde à certains moments précis de notre existence. Si ça ne devait servir qu’à nos enfants, à nos petits-enfants, ce serait déjà fort utile. Peut-être même serions-nous les premiers à en tirer profit…

Richard L’Heureux, C. 62

Remonter


Passons sur l’autre rive (Marc 3,35)

Florian Larivière, s.j., ancien recteur du collège, décédé le 11 mai 2001.
Florian Larivière naît en 1918 à Joliette et il fait naturellement ses études classiques au séminaire local, dirigé par les Clercs de Saint-Viateur. À la fin de son cours, à la surprise de tous, il décide d’entrer chez les Jésuites et devient prêtre en 1950. Après une dizaine d’années d’enseignement, il fait surtout carrière dans l’administration : recteur du collège Garnier à Québec, puis du collège Saint-Ignace, il fut le dernier recteur jésuite du collège Sainte-Marie. Il fut aussi pendant trois ans président de la Fédération des collèges classiques. On pourra lire dans la revue Jésuites canadiens un article fort intéressant rédigé par Rémi Potvin, s.j.

Gilles Lefebvre, C. 41, décédé le 27 mai 2001.
On l’a surtout connu comme le père des Jeunesses musicales du Canada, mais il était avant tout musicien. Animateur de premier ordre, il crée en 1950 le camp des Jeunesses musicales, devenu aujourd’hui le Centre d’art Orford. C’est lui qui, à titre de directeur artistique associé, planifie le Festival mondial de l’Exposition universelle de Montréal en 1967. Par la suite, il a été tour à tour directeur du Centre culturel canadien à Paris, directeur associé au Conseil des arts du Canada et enfin, de 1991 à 1999, président du Conseil des arts de la Communauté urbaine de Montréal. On relira avec intérêt l’article que François Tousignant lui a consacré dans Le Devoir du 29 mai 2001, accessible à l’adresse Internet suivante : http://www.ledevoir.com/public/client-css/news-webview.jsp?newsid=1733


AUTRES DÉCÈS

Marcel Aubuchon, C. 50, professeur, décédé le 10 juillet 2001.
Rolland Blais, c.r., C. 52, avocat, décédé le 24 juin 2001-07-01.
Wilfrid Boileau, C. 25, médecin bactériologiste, décédé le 19 juin 2001.
Roland Caron, C. 39, comptable.
André Dalpé, C. 46, chirurgien dentiste.
Roger David, C. 59, avocat.
Jean-Paul de la Sablonnière, C. 46, décédé le 3 août 2001
René Dufresne, C. 31.
Claude Famélart, C. 58, décédé le 24 mai 2001. Claude était le frère de Michel, C. 57 et de Louis, C. 59.
Jacques Fiset, C. 48, chirurgien dentiste, décédé le 12 mai 2001.
Bernard Foisy, C. 46, prêtre.
Louis-Marc Gauthier, C. 46, décédé le 6 juin 2001.
Pierre-Claude Hamel, C. 43, décédé le 12 juin 2001. Le docteur Hamel a œuvré pendant près de 35 ans comme chirurgien général à l’hôpital de LaSalle.
André Laurin, C. 48, dentiste, décédé le 30 juin 2001.
Claude Lavallée, C. 50, décédé le 11 juillet 2001.
Léo R. Leblanc, c.r., C. 26, avocat, décédé le 6 juin 2001. D’après les personnes de Granby qui l’ont bien connu, Me Leblanc était «un gentleman, tennisman, historien et poète».
Roger Lefebvre, C. 43, médecin anesthésiste.
Louis-Philippe McComber, C. 27, décédé le 14 mars 2001. M. McComber était propriétaire d’une importante entreprise de fourrures à Montréal. Il était le père de Michel, C. 55, décédé depuis quelques années, dont le talent de caricaturiste a fait les beaux jours du journal Le Sainte-Marie.
Dom Jean Vidal, o.s.b., C. 38, décédé le 26 mars 2001. Moine à l’abbaye de Saint-Benoît-du-Lac, Jean Vidal a joué un rôle déterminant lors de la construction de la nouvelle hôtellerie et de l’église abbatiale. Ordonné prêtre en décembre 1949, il exerça la fonction d’hôtelier pendant plus de 40 ans, avec modestie et dévouement.

Remonter
 
 

L'Association | Quoi de neuf? | Activités | Les membres | Vie des Conventums |
Bulletin des anciens | Histoire du collège | Souvenirs | Liens |
 
Plan du site | Accueil | Chercher | Écrivez-nous |

Copyright © Association des anciens élèves du collège Sainte-Marie (2004)
Design et conception - Natmark-Concept inc.